Les grottes Isturitz et Oxocelhaya en famille

Nous décidons de passer notre week-end en famille dans les Pyrénées-Atlantiques, plus précisément, au coeur de la vallée préservée l’Arberoue. Nous y découvrons les merveilleuses grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya.

La longue histoire des grottes

C’est l’Arbéroue qui a créé les grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya sur la colline de Gaztelu. Le ruisseau a creusé petit à petit trois grottes : Isturitz, Oxocelhaya et Erberua. Celles-ci furent investies par les hommes 40 000 ans avant J.-C.
C’est en 1895 que l’on commence à explorer la grotte d’Isturitz, où un grand nombre d’œuvres et objets préhistoriques est découvert. André Darricau, le propriétaire, donne son accord en 1912 pour que les fouilles continuent. On y explore la grande salle et analyse les différentes couches stratigraphiques.
Il faudra attendre 1929, pour que la datation des grottes soit confirmée et que l’on entreprenne de les ouvrir au public. En 1953, après la création d’une liaison entre les grottes, elles sont classées Monuments Historiques.
Au fil des années, on découvre la grotte Erberua puis de nouvelles œuvres pariétales et autres représentations d’Art rupestre.

Une visite en famille

La découverte des grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya est fascinante. C’est avec un guide passionné que nous nous engouffrons dans la première grotte. Nous en apprenons plus sur la formation des grottes et sur l’occupation des lieux depuis la préhistoire. Les jeux de sons et lumières mettent si bien en valeur chacune des salles que nous traversons. Les gravures et œuvres pariétales sont impressionnantes et témoignent de la longue histoire des grottes.
Durant notre visite, nous prenons conscience de la fragilité de cet environnement et nos enfants prennent la mesure d’une gestion responsable de ce type de site. Les consignes de protection des lieux sont données afin de ne pas endommager ces trésors pyrénéens.

Alors qu’attendez-vous pour profiter d’une belle visite au centre de la Terre durant votre séjour dans les Pyrénées ?

Partage cet article sur

Laisser un commentaire